Première session des consultations de haut niveau sur le dossier nucléaire nord-coréen entre la France et la République de Corée (25 janvier 2017)

Le Directeur général des affaires politiques et de sécurité, M. Nicolas de Rivière, et le Représentant spécial pour la paix et les affaires de sécurité sur la péninsule coréenne, l’Ambassadeur Kim Hong-kyun, se sont entretenus le 25 janvier 2017 à Paris, dans le cadre de la première session de consultations de haut niveau sur le dossier nucléaire nord-coréen entre la France et la République de Corée.

Communiqué conjoint à l’occasion de la première session des consultations de haut niveau sur le dossier nucléaire nord-coréen entre la France et la République de Corée

1. Le Directeur général des affaires politiques et de sécurité, M. Nicolas de Rivière, et le Représentant spécial pour la paix et les affaires de sécurité sur la péninsule coréenne, Amb. Kim Hong-kyun, se sont entretenus le 25 janvier 2017 à Paris, dans le cadre de la première session de consultations de haut niveau sur le dossier nucléaire nord-coréen entre la France et la République de Corée. Ces consultations font suite à la décision des chefs d’Etat et des ministres des Affaires étrangères des deux pays de renforcer leur coopération stratégique lors de leurs entretiens bilatéraux tenus, respectivement, à Paris en juin et dans le cadre de la première session du dialogue stratégique à Séoul en mars 2016.

2. Les deux chefs de délégation ont condamné avec la plus grande fermeté les agissements de la Corée du Nord qui, au mépris total des appels de la communauté internationale et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies exigeant qu’elle abandonne ses programmes nucléaire et balistique, ne cesse de multiplier les actes et messages graves et déstabilisateurs. L’annonce par Kim Jong-un dans son discours du nouvel an d’un test de missile balistique intercontinental devait inciter à la plus grande vigilance, après les 2 essais nucléaires et les 24 tirs de missiles balistiques conduits par la Corée du Nord en 2016. Les deux chefs de délégation ont également affirmé que le développement rapide des programmes nucléaire et balistique de la Corée du nord constituait non seulement un sérieux défi au régime de non-prolifération, notamment au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et au Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, mais également une grave menace à la paix et à la sécurité internationales, au-delà de la péninsule coréenne et de l’Asie du nord-est.

3. Rappelant la Déclaration conjointe du 3 juin 2016 célébrant le 130ème anniversaire des relations diplomatiques entre la République de Corée et la France, les deux chefs de délégation ont appelé la Corée du Nord à démanteler tous ses programmes nucléaires et balistiques de manière complète, vérifiable et irréversible, et à respecter immédiatement toutes ses obligations internationales. Par ailleurs, ils ont exprimé leurs profondes inquiétudes s’agissant de la situation dramatique des droits de l’Homme en Corée du nord. Ils ont appelé la communauté internationale à maintenir son engagement à améliorer la situation tant humanitaire que des droits de l’Homme en Corée du nord.

4. Les deux chefs de délégation ont noté que la coopération entre l’Union européenne et la République de Corée s’agissant du problème nucléaire nord-coréen s’est renforcée à travers la visite du ministre des Affaires étrangères, M. Yun Byung-se, au siège de l’UE et à celui de l’OTAN l’année dernière. La partie coréenne a remercié la France qui, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et acteur majeur de l’Union européenne, a joué un rôle pilote dans l’adoption des résolutions 2270 et 2321 les plus sévères ainsi que des mesures de sanctions autonomes de l’Union européenne en 2016.

5. Les deux chefs de délégation ont souligné la nécessité pour la communauté internationale de mettre pleinement en œuvre les sanctions et de renforcer la pression sur le régime nord-coréen pour le contraindre à faire le choix d’abandonner son arsenal nucléaire et balistique. Dans cette perspective, la France et la République de Corée poursuivront leur coopération, notamment en sensibilisant les pays tiers. Les deux chefs de délégation ont marqué l’importance pour l’Union européenne de continuer à jouer un rôle majeur dans ce cadre. A cet égard, la France poursuivra ses efforts visant à l’adoption rapide de nouvelles sanctions autonomes européennes à l’encontre de la Corée du nord.

6. Les deux chefs de délégation, se félicitant du développement du champ de la coopération bilatérale dans le cadre du Partenariat global pour le 21ème siècle franco-coréen, ont décidé d’intensifier l’ampleur et la profondeur de la coopération stratégique entre les deux pays pour faire face non seulement à la question nucléaire nord-coréenne mais également aux défis mondiaux. Dans cette perspective, ils sont convenus de tenir la prochaine session de leurs consultations à Séoul à une date mutuellement convenable.

Dernière modification : 01/02/2017

Haut de page