Les palaces français, des hôtels d’exception : N°7, Février 2012

Les palaces français, des hôtels d’exception

Hôtel du Palais à Biarritz - JPEG La réputation de Paris pour ses palaces n’est plus à faire, ils figurent parmi les plus renommés du monde. Ces hôtels d’exception allient luxe et tradition. Ils ont pour nom le Meurice ou le Georges V à Paris, mais aussi l’Hôtel du Palais à Biarritz ou Le Cheval Blanc à Courchevel. On les retrouve de la Riviera-Côte d’Azur à la Côte Basque, en passant par la Savoie et la Normandie.

Les palaces sont les prestigieux représentants de l’hôtellerie française d’excellence. Ces hôtels aux noms célèbres dans le monde entier ont chacun une histoire, un décor et une clientèle d’exception. « Lieux uniques et non duplicables », selon les experts, les palaces sont une spécificité française héritiers des établissements somptueux du XIXème siècle.

Ces hôtels de luxe, qui s’appuient en grande partie sur une clientèle étrangère, n’ont pas fini de nous faire rêver. Ce sont d’abord des adresses prestigieuses, comme l’Hôtel de Crillon, inauguré en 1909 à Paris, Place de la Concorde et aux pieds des Champs Elysées, ou encore le Carlton, ouvert à Cannes en 1912, mais aussi le Negresco, à Nice depuis 1913.

Dans ces hôtels d’exception, on y vient pour dîner finement, y dormir, être vu ou se divertir. L’Hôtel Ritz, au cœur de Paris, place Vendôme, fondé par l’hôtelier César Ritz en collaboration avec le chef Auguste Escoffier, a accueilli les écrivains Marcel Proust et Ernest Hemingway, Charlie Chaplin ou encore la styliste Coco Chanel qui y vécut jusqu’à sa mort. L’Hôtel Normandy, du groupe Lucien Barrière à Deauville, face aux plages de la Manche, dans le voisinage du casino, reçoit une clientèle de prestige, attirée par le charme inimitable des belles demeures anglo-normandes.

La catégorie des hôtels 5 étoiles, créée le 1er janvier 2009, est la catégorie la plus élevée du classement hôtelier français. Ce classement prend en compte un grand nombre de critères, qui inclut d’ailleurs les derniers acquis en matière de confort. La France a cependant décidé, dès l’année suivante, de distinguer un nombre limité d’hôtels parmi les quelques 150 établissements classés 5 étoiles.

Pour la première fois en France, neuf hôtels de luxe, dont cinq à Paris, ont ainsi été élevés au rang de « palace ». Pourquoi donc un label « palace » ? : essentiellement pour valoriser un secteur de l’hôtellerie de luxe en plein essor et « permettre de distinguer au sein de cette offre les quelques établissements exceptionnels qui contribuent au rayonnement de la France à travers le monde », a indiqué le secrétaire d’Etat au Tourisme. Ces établissements ont été sélectionnés par un jury, composé de dix membres, présidé par l’académicien Dominique Fernandez.

Après avoir vérifié qu’ils répondaient tous aux critères d’évaluation fixés par Atout France, l’Agence de développement touristique de la France (service irréprochable, accueil plurilingue, surface de la chambre…), le jury a évalué le caractère exceptionnel de chaque établissement au regard de son histoire, de son architecture, de son offre gastronomique…). Les hôtels « palace » représentent, selon Dominique Fernandez, « une délicate alchimie où le savoir-faire à la française s’allie à la culture universelle pour briller d’un rayonnement exclusif ».

A Paris, les établissements hors norme qui font partie de ce nouveau club très fermé sont le Meurice, le Bristol, le Georges V, le Plaza-Athénée et le Park Hyatt Paris Vendôme. En province, il s’agit de l’Hôtel du Palais à Biarritz, du Grand Hôtel à Saint-Jean Cap Ferrat, Les Airellles et Le Cheval Blanc à Courchevel. La première plaque célébrant cette nouvelle catégorie d’exception a été apposée sur le Bristol, haut lieu de rassemblement pour les ambassadeurs et les diplomates du monde entier depuis la seconde Guerre mondiale.

Flamboyant Second Empire, joyau classique du XVIIIème siècle, le Meurice, à deux pas de la place de la Concorde, a abrité l’un des derniers salons littéraires de Paris, grâce notamment à la mécène franco-américaine Florence Gould. Souverains, aristocrates, écrivains, artistes ont marqué pour toujours les lieux. Au nombre de ceux-ci, Salvador Dali, qui occupa un mois par an l’ancienne suite royale d’Alphonse XIII dont il constellait les murs de taches de peinture, fut un des hôtes les plus insolites.

La réputation du Georges V, régulièrement désigné comme le premier hôtel du monde, n’est plus à faire. A deux pas des Champs Elysées et de la Tour Eiffel, il est fréquenté, depuis son ouverture en 1928, par les plus grands noms du spectacle. C’est l’histoire de la mode et de l’art qui sont au cœur du Plazza-Athénée, situé à quelques pas des bords de Seine. L’adresse est prisée des Parisiens qui viennent goûter l’atmosphère internationale, le bar bleuté ou l’ambiance musicale. La fine fleur de la gastronomie française y est célébrée dans le prestigieux restaurant auquel le chef Alain Ducasse a donné son nom.

Sur la Côte Basque, le Palais de Biarritz, palace admirablement situé face à l’Océan, fut à l’origine la résidence de l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, avant d’être transformé en hôtel en 1854. Partout règne une impression de luxe et de perfection : marbre de Carrare, rideaux de soie, piscine de style néoclassique avec élégantes colonnes doriques. Le Grand Hôtel du Cap Ferrat, quant à lui, légendaire palace de la Riviera - Côte d’Azur, d’un blanc immaculé, entouré de jardins luxuriants, situé à la pointe de la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat, accueille l’élite européenne depuis 1908.

A Courchevel, l’hôtel de charme Les Airelles offre une véritable pause féerique, au cœur de la plus glamour des stations de ski françaises. Son restaurant fait d’ailleurs partie de la chaîne d’établissements du chef Pierre Gagnaire. Quant au Cheval Blanc, hôtel haute couture et raffiné, il se démarque des autres établissements par une atmosphère beaucoup plus contemporaine.

Annik Bianchini


Site Internet
- Atout France : www.atout-france.fr

Dernière modification : 27/02/2012

Haut de page