Les Géants du spectacle de Royal de Luxe repartent outre-Manche : N°17, mai 2012

Le scaphandrier et la foule au Chili Royal de Luxe était à Liverpool les 20, 21 et 22 avril avec un nouveau spectacle, Sea Odyssey, qui commémore le centième anniversaire du naufrage du Titanic. Encore une création monumentale qui marquera le parcours très international de la célèbre troupe de théâtre de rue qui fascine les foules partout dans le monde, et dont la créativité infinie se nourrit de ses voyages.

Le 15 avril 1912 coulait le Titanic. Convié par la Ville de Liverpool, Royal de Luxe vient dans le port d’attache du paquebot avec ses gigantesques personnages, Le Scaphandrier et La Petite Géante, pour une création originale : le Scaphandrier va rapporter à la population de la cité le courrier des 85 habitants de Liverpool qui se trouvaient à bord du navire englouti. Les textes de Sea Odyssey ont été élaborés sur place lors d’ateliers d’écriture. Trois jours durant, la troupe nantaise va prendre possession de la ville anglaise, du fleuve Mersey, des docks, du Stanley Park : « Nos spectacles s’inscrivent dans la légende et l’histoire des villes, explique Gwenaëlle Raux, la productrice déléguée de la compagnie. Ils font appel à la mémoire collective, ce qui suscite toujours beaucoup d’émotion et à leur tour, ils y laissent une trace ».

Royal de Luxe a été créé en 1979 par Jean-Luc Courcoult. Précurseur du théâtre de rue, il est unique par son goût du merveilleux, ses détournements d’objets, et surtout ses Géants. Qu’on ne parle pas de marionnettes : ils ont beau être manipulés avec des poulies et des fils, « les Géants sont vivants ! proteste Gwenaëlle Raux. On les entend respirer. Et pour chaque prestation, pendant trois jours, ils vivent au rythme de la ville à laquelle il s’agit de raconter une histoire qui lui est adaptée. La troupe est à géométrie variable : d’une dizaine de membres, elle peut passer à 85 ou 120 personnes pour les histoires de Géants ». Les représentations prennent aussi la forme de parades ou de spectacles de place et même de spectacle de vitrine, comme La Révolte des mannequins, pour laquelle le Berliner Festspiele, en novembre 2008, a mis à disposition onze vitrines du grand magasin KaDeWe.

Dès ses débuts, la compagnie a conquis aussi bien le public étranger que le public français. Ses premiers spectacles étaient déjà joués en Italie, en Allemagne. En 1987, le burlesque Roman Photo tournage est joué 240 fois dans 22 pays d’Europe et d’Amérique latine, en Afrique, en URSS, puis repris en 1991 pour une tournée au Japon, en Corée, aux Philippines, en Australie, en Nouvelle-Zélande. En 1992, Royal de Luxe est à l’origine de la tournée Cargo 92, dans le cadre de la commémoration du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique, opération soutenue par la Ville de Nantes, le ministère des Affaires étrangères et européennes, ainsi que celui de la Culture. Il entraîne dans son sillage d’autres compagnies françaises et raconte La Véritable Histoire de France dans des ports d’Amérique latine.

L’année suivante, Le Géant tombé du ciel investit Le Havre, puis Calais, Nîmes, Nantes, Bayonne. On retrouvera ce personnage baladeur à Barcelone. Puis Peplum, dont l’action se situe dans l’Egypte antique,voyage en France, en Europe, en Australie. Le Rhinocéros est présenté à Nantes et à l’Exposition universelle de Lisbonne. Avec Soldes ! Deux spectacles pour le prix d’un, la troupe offre en 2003, sur un plateau tournant, Hamlet de Shakespeare et Le Malade imaginaire de Molière au festival d’Aurillac, en Auvergne, puis en espagnol au Festival international Teatro a Mil, au Chili où une tournée l’entraîne jusqu’au désert d’Atacama. Suivront Madrid et Pampelune.

Les spectacles (toujours gratuits, c’est l’un des principes fondateurs) de Royal de Luxe déplacent les foules. En 2005, La visite du Sultan des Indes sur son éléphant à voyager dans le temps suscite à Londres un engouement extraordinaire. En 2007, La Petite Géante et le rhinocéros attire plus de deux millions de Chiliens ! Même triomphe en mai 2008 au Portugal à Santa Maria da Feira, avec La fabuleuse histoire du Géant enterré vivant en lien avec l’histoire du château médiéval de la cité. Quant au xolo, un chien-dieu créé pour le spectacle Le Géant de Guadalajara, présenté au Mexique en 2010 à l’invitation du président Felipe Calderon, il a été vu par 3,5 millions de spectateurs en six jours !

Soutenu par le ministère français des Affaires étrangères et européennes, via CulturesFrance puis l’Institut Français, Royal de Luxe est un passeur entre les cultures dont il s’inspire. En 1987, la troupe se voit confier une mission d’ambassade artistique au Maroc et s’installe dans le sud marocain pour un travail de recherche, en quête d’inspirations nouvelles. Dix ans plus tard, c’est dans le nord du Cameroun qu’elle séjourne durant six mois, présentant Le Tour du Cameroun en vélo sur les places des villages. Elle revient avec un enfant noir de six mètres de haut : Le Géant et son fils africain défilent au rythme de quatre grandes machines à musiqueanimées par 55 musiciens burkinabés. L’aventure camerounaise inspire aussi Petits contes nègres qui en 1999 fait l’ouverture d’Avignon puis tourne en France, à Valparaiso, Santiago du Chili, Buenos Aires, en Europe.

En 2001, l’équipe réside en Chine, en compagnie des Petits contes nègres et accueille six artistes chinois. Elle ramène un nouveau spectacle, Petits contes chinois revus et corrigés par les nègres, présenté à Nantes et Paris. Elle sera ensuite invitée au festival de Hué, au Vietnam, pour présenter les nouveaux contes, avant de partir pour la Corée du Sud, à Séoul. Elle n’est encore jamais allée aux Etats-Unis, mais cela pourrait se faire : après Sea Odyssey, Rue de la chute revisitera les mythes de la conquête de l’Ouest…

Sylvie Thomas

Dernière modification : 14/05/2012

Haut de page