Classement de Thomson Reuters plaçant la France au troisième rang mondial des entités les plus innovantes

Thomson Reuters a publié un classement qui place la France au troisième rang mondial des "entités les plus innovantes".

JPEG

Après les décisions de Cisco et de Microsoft de choisir la France pour des investissements en recherche et développement et dans des entreprises innovantes, ce classement vient confirmer le dynamisme de notre pays dans ce domaine.

L’innovation est un levier majeur de croissance. Des programmes spécifiques destinés aux entreprises innovantes (NETVA, YEI, COOPOL Innovation) ont été mis en place en France. Le réseau diplomatique français est mobilisé pour aider les entreprises, notamment les petites et moyennes ainsi que les entreprises innovantes, à développer des partenariats technologiques avec des entreprises et des laboratoires étrangers.

Nos ambassades les soutiennent à l’étranger notamment dans le cadre de l’initiative "French Tech" qui valorise l’ensemble de l’écosystème français des start-up : entrepreneurs, investisseurs et opérateurs publics.

Sur quels critères s’appuie ce classement ?Le classement Thomson s’appuie notamment sur le nombre et la qualité des brevets déposés par les organisations : ce 3ème rang de la France témoigne aussi de son attractivité en la matière.

Ainsi, plus de 92% des demandes déposées en 2014 devant l’Office européen des brevets (OEB) désignaient la France comme territoire de protection et plus de 13% des demandes déposées directement devant l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) l’ont été par des entreprises étrangères.

Alors que les brevets sont un levier de financement majeur de la RD publique et privée, la France propose en effet des procédures relativement rapides et peu coûteuses.

Une attractivité accrue pour les "petites entités"Les PME et ETI ne représentent aujourd’hui que 22,3% du total des demandes de brevet français.

Afin de favoriser l’innovation au sein de ces "petites entités" et de renforcer encore cette attractivité, notamment pour les start-up, la France leur accorde, depuis le début du mois de novembre 2015, 50% de réduction sur ses principales redevances de procédure et de maintien en vigueur des brevets et met à leur disposition plusieurs services d’assistance spécifiques.

JPEG

Dernière modification : 03/12/2015

Haut de page