Au Mondial de l’automobile, l’avenir passe par l’électrique : N° 35, octobre 2012

JPEG - 51.5 ko
The electric sports coupé from SME Exagon Motors

‘ Le futur, maintenant’ : c’est avec ce slogan que le Mondial de l’automobile a ouvert ses portes au public le 29 septembre. Une devise choisie logiquement en rapport avec les ambitions des petits et grands noms de l’automobile française tous tournés vers l’avenir avec des technologies innovantes. En 2012, le futur de l’automobile passe par une amélioration des émissions de CO2. Personne ne peut y couper, comme le rappelle le plan présenté en juillet par l’Etat, essentiellement axé sur l’essor du marché des véhicules propres.

Les Green car, comme on les surnomme, font donc évidemment partie du plan de développement de Renault (http://www.renault.fr/). La marque au losange a pour ambition d’être le premier constructeur généraliste à proposer des véhicules zéro émission, accessibles au plus grand nombre.

Si dès 2011, il a commercialisé la berline Fluence ou la Kangoo en version électrique, cette année le groupe met en avant la Zoé. Premier véhicule conçu exclusivement pour une traction électrique, il est vendu, en France, à 13700 euros avec 79 euros de location de batterie par mois. Produite sur le site de Renault Flins, la Zoé est équipée d’une pompe à chaleur, une première mondiale, ce qui permet de chauffer ou de climatiser l’habitacle en gagnant 25% d’autonomie par rapport à un chauffage conventionnel.

Chez PSA, actuellement affecté par un plan de restructuration important, Citroën (http://www.citroen.fr/home/) mise sur un chiffre, le 9. Dévoilée pour la première fois au salon de Pékin cette année, la Numéro 9 est équipée d’une motorisation hybride qui associe un moteur essence à un bloc électrique de 75 chevaux. Sa consommation annoncée par le groupe avoisine 39 g de CO2/km.

L’électrique allié au luxe

Si Peugeot (http://www.peugeot.fr/), la marque sœur de Citroën, se concentre sur la réduction d’émissions, il n’en oublie pas pour autant les rêves des conducteurs. Il lance la luxueuse Onyx, modèle star du Mondial, alliance de matériaux innovants et d’une carrosserie en carbone et cuivre. Derrière ce design, se cache un moteur hybride d’une puissance adaptée à la course automobile.

Le luxe, c’est aussi le segment sur lequel se positionne Exagon Motors (http://www.exagon-motors.com/), depuis le Trophée Andros électrique, première course mondiale à être réservée aux voitures à moteur non thermique. Le patron de la PME de Magny Cours, dans la Nièvre, Luc Marchetti, a mis au point, avec son équipe d’environ 70 personnes, un coupé sportif électrique, Furtive-eGT. Une manière de renouer avec les productions de luxe à la française. Sa version définitive a été présentée au cours du Mondial. Le patron du groupe espère vendre jusqu’à 300 unités par an.

1er Mondial

Parmi les PME présentes sur le Mondial, impossible de rater le stand Mia Electric (http://www.mia-voiture-electrique.com/) juste à côté de la célèbre marque italienne Ferrari. La petite entreprise de Cerizay a déjà vendu sur le Mondial plusieurs miAmor, une édition spéciale proposée pour l’occasion du véhicule phare du groupe, la Mia. Dotée de trois places, de couleur blanche, ce modèle électrique célèbre la première participation de la petite entreprise au Mondial.

Pour Brandt Motors (http://www.brandtmotors.com/), le Mondial est aussi une première, sa naissance étant récente. Son créateur, Pierre Millet, a repris le site de FagorBrandt, spécialiste de l’électroménager en 2010 à Lyon. Et depuis, ce sont des petits véhicules utilitaires électriques qui sortent des lignes de production de l’usine. Sur le Mondial, le groupe expose notamment le Citélec, premier utilitaire électrique de conception modulaire. Le constructeur le décline sous cinq formes, du fourgon au véhicule destiné à l’hybride. Il dispose d’une autonomie annoncée de 85 km à 80 km par heure.

Brandt Motors ambitionne de devenir dès 2013 la seule marque française capable de produire l’ensemble des moyens de transport 100% électrique.

Si le démarrage du véhicule électrique parait encore lent, l’Etat compte toujours sur deux millions d’unités en circulation en France d’ici à 2020. Le Mondial aura assurément donné un coup de pouce à cet objectif.

Barbara Leblanc

Dernière modification : 16/10/2012

Haut de page