La France développe ses MOOCs : N° 23, octobre 2014

Héritière d’une solide tradition universitaire, la France s’est lancée dans le développement des « MOOCs », les cours en ligne ouverts et massifs sur Internet, qui rendent accessibles l’excellence de l’enseignement supérieur français à tous.

Mohammed est enthousiaste ! Juste avec une connexion Internet, il a désormais accès aux meilleurs cours des universités françaises. Natif numérique, c’est-à-dire né avec les nouvelles technologies, ce jeune Marocain de vingt-cinq ans surfe depuis son smartphone, ou bien lorsqu’il est installé dans un cyber-café, pour suivre un cursus français. Cette année, il a choisi de suivre le MOOC « développement durable ». A l’instar des grandes universités à travers le monde, les responsables français de l’enseignement supérieur développent de plus en plus d’outils pédagogiques liés à l’éducation numérique. Une révolution tranquille pour la France où les premières universités datent du Moyen-âge.

JPEG

Depuis janvier dernier, le ministère français de l`éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a lancé la plateforme France université numérique (FUN) pour regrouper et structurer les différentes initiatives déjà mises en places et permettre un accès simplifié et plus efficace aux MOOCs français. L’acronyme anglo-saxonde MOOCs « massive open online courses » se traduit en français par cours en ligne ouverts et massif. Massif, parce qu’un MOOC peut accueillir un nombre non limité de participants. Ils sont ouverts à tous quels que soient l’âge et le niveau d’étude ou l’origine des internautes. Cet apprentissage se fait en ligne. Cours, devoirs, documents et évaluations sont tous disponibles via Internet et à distance. Enfin, il ne s’agit pas seulement d’un catalogue d’informations mais bel et bien de cours structurés avec une progression pédagogique établie et encadrée par des enseignants.

Au départ de cette initiative un constat : les nouvelles technologies ont profondément bouleversé les comportements sociaux et les méthodes d’apprentissages. Pour ceux qui composent la fameuse génération « Y », nés après la révolution numérique, le réseau est plus qu’un outil de travail, c’est une façon de vivre et tout naturellement un vecteur de développement intellectuel. Echanger au-delà des frontières et confronter les points de vue, ce n’est plus une utopie mais une démarche quotidienne, accessible en quelques clics. Alors que l’on débattait déjà en Sorbonne quand Christophe Colomb découvrait l’Amérique, les établissements français d’enseignement supérieur ont rapidement pris la mesure de l’importance de ce nouvel espace de transmission des connaissances.

FUN, le réseau français

Lancés dès 2011, les MOOCs associent vidéos, textes, interactions en ligne avec les enseignants, tutorat, échanges avec d’autres étudiants via des forums de discussion, auto-évaluations et certifications. Certains rassemblent, à travers le monde, jusqu’à 160000 étudiants qui, autrement, n’auraient sans doute pas pu avoir accès à l’enseignement supérieur français. La plateforme FUN regroupe désormais des grands domaines, telle une université virtuelle à plusieurs départements : environnement, management, numérique et technologie, juridique, relations internationales, santé, sciences, sciences humaines et sociales. Plus de trente MOOCs différents sont disponibles à ce jour sur la plateforme française. Les réseaux sociaux sont aussi un vecteur de l’enseignement via Twitter et Facebook. Les relations et les échanges ont ainsi lieu, à part égale, via la plateforme de cours et via les réseaux sociaux.

Une approche inédite de l’éducation

Si des universités à travers le monde ont choisi de rendre ces cours payants, les MOOCs français, fidèles au principe de l’enseignement pour tous, sont entièrement gratuits. Des dizaines d’établissements prestigieux, comme le Conservatoire national des Arts et métiers (CNAM), Sciences Po, l’Ecole centrale, l’Ecole polytechnique et d’autres établissements d’excellence sont accessibles très simplement (https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/). Chaque MOOC commence à une date fixe mais il est possible de s’inscrire une fois le cursus commencé et de rattraper les cours.

La plupart des enseignements sont en langue française ; certains peuvent également être suivis en allemand ou en anglais. Le nombre d’inscriptions est important mais, après quelques semaines, les défections sont conséquentes et seuls 20 à 30% des effectifs achèvent le cursus. Les concepteurs estiment cependant que le taux d’abandon est plutôt normal. La gratuité attire plus qu’elle ne retient puisque les seules obligations et disciplines imposées sont finalement celles que l’internaute s’impose à lui-même. Il faut certainement une solide motivation pour s’astreindre à suivre le rythme des cours des semaines durant.

Les utilisateurs ont des origines et des ambitions diverses : lycéens, retraités, salariés, personnes en recherche d’emploi… Il y a ceux qui apprennent par curiosité, d’autres pour acquérir de nouvelles compétences professionnelles. L’approche pédagogique a évidemment fait l’objet d’une attention toute particulière et l’étudiant a, lui aussi, dû revoir ses objectifs. Chaque MOOC finalisé est reconnu non pas par un diplôme mais par une certification. La reconnaissance professionnelle ou sociale n’est donc pas le seul but de la démarche. Il s’agit en réalité d’une façon innovante de considérer l’apprentissage, non plus comme autrefois, processus hiérarchique et linéaire, mais plutôt comme une dynamique d’intelligence collective où le savoir, via Internet, est accessible par tous et partout. Si l’étudiant 2.0 a effectivement accès à une palette infinie de connaissances, le MOOC lui sert à structurer et organiser son apprentissage, en le confrontant aussi à la pensée et aux opinions des autres. Dans cet amphithéâtre planétaire, les débats sont riches et surprenants et permettent à chacun un nouveau départ vers l’aventure du savoir.

Pascale Bernard

Dernière modification : 17/10/2014

Haut de page