Le « tourisme vert » en France, un secteur plein d’avenir : N° 34, septembre 2013

La France est la première destination touristique mondiale, et le secteur touristique y génère près de 900 000 emplois salariés directs. Pour rester compétitif, le pays s’adapte à des demandes de plus en plus variées... Entre autres, le "tourisme vert". En effet, le développement durable s’insère peu à peu dans les stratégies touristiques françaises.

JPEG - 9.2 ko
© MAE /Frédéric de La Mure

Un secteur en croissance

Le tourisme vert, ou écotourisme, est axé sur des activités respectueuses de l’environnement. Laetitia Santos, responsable éditoriale des sites Babel Voyages et Voyages pour la planète, explique que « la France est très active en matière d’écotourisme, grâce à la grande variété de ses paysages, mais aussi à ses nombreux hébergements labellisés et ses agences engagées. Ces dernières années, la croissance du secteur se situait entre 10 et 20% ».

Le tourisme vert attire les visiteurs étrangers mais également les voyageurs français puisque, d’après l’Organisation mondiale du tourisme, 56 % d’entre eux sont prêts à payer plus cher pour des vacances écologiques. Toujours selon l’Organisation, en France, sur un 173 millions de séjours annuels, 50 millions ont lieu dans des espaces naturels protégés (parcs nationaux, réserves naturelles).

Mobilité douce

JPEG

Concrètement, des « vacances vertes » commencent par le transport. Les déplacements touristiques représentent 6% des émissions de gaz à effet de serre en France, soit 30 millions de tonnes de CO2 par an. Il s’agit donc de favoriser les transports respectueux de l’environnement, tel que les véloroutes ou les voies vertes.Le parcours de 800 kmLa Loire à Vélo, par exemple, est l’un des itinéraires cyclables les plus remarquables. Il suit la vallée du plus long fleuve de France, dont les rives sont une mine inépuisable de trésors naturels et architecturaux. Plus de 800 000 cyclistes, dont un tiers d’étrangers, l’empruntent chaque année.

Hébergement respectueux

Des labels existent aussi en termes d’hébergement, comme l’écolabel Hôtels au naturel ou encore La Clé verte. Pour y être éligibles, les établissements hôteliers doivent notamment répondre à des critères d’utilisation optimale de l’eau et à limiter strictement les pollutions...

L’association Accueil Paysan séduit quant à elle les touristes qui souhaitent combiner gîte et visite de la ferme. Les hôtes partagent avec les vacanciers leurs savoir-faire et leurs connaissances, sans oublier les produits locaux de saison, car l’écotourisme passe aussi par l’alimentation !

Une grande diversité des offres

Grâce à la diversité des offres « dans l’écotourisme, tout le monde peut trouver des vacances à son goût », souligne Laetitia Santos.

On pense d’abord aux parcs nationaux ou régionaux. En 2012, la visite de ces sites a ainsi motivé 12 millions de séjours et 86 millions de nuitées en France.

Les touristes peuvent également s’orienter vers les lieux labellisés, comme les plages Pavillon bleu, les communes affichant le label Station verte, favorisant le tourisme de nature, ou encore les stations de ski ayant une charte de développement durable.

Depuis quelques années, des acteurs du tourisme durable proposent également une formule dont le succès ne dément pas : des randonnées avec des ânes de bât, très en vogue chez les familles avec enfants…

Le tourisme vert est donc un secteur innovant, impliquant les acteurs locaux et favorisant le développement économique durable de leur territoire. Il s’agit-là d’un engagement absolument nécessaire car, comme le souligne Laetitia Santos, « dans le contexte actuel, on doit trouver des solutions de tourisme durable pour préserver le territoire. Nous n’avons pas le choix ! ».

Lucie de la Héronnière
Les chiffres du secteur

. 50 millions de séjours par an
. 280 millions de nuitées par an
. 10 à 20 % de croissance annuelle

Dernière modification : 13/09/2013

Haut de page