Pont culturel entre les deux rives de la Méditerranée, le MuCEM ouvre ses portes : N° 29, juillet 2013

JPEG

Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), projet phare de l’opération Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la culture, a ouvert ses portes au public. C’est le premier musée au monde consacré aux civilisations méditerranéennes. Projet ambitieux et bâtiment à l’architecture exceptionnelle, haut lieu de la diversité culturelle et espace de dialogue et de partage, le tout nouveau musée doit tisser des liens entre tous les pays de la Méditerranée.

Point d’orgue de l’Année « Marseille capitale européenne de la culture », le MuCEM a ouvert au public le 7 juin 2013, après quatre années de travaux. Le coût total de l’opération s’élève à 167 millions d’euros. Reconnu comme un des plus beaux musées du monde, il connaît déjà un véritable succès. Le président du MuCEM, Bruno Suzzarelli, insiste sur le volet humain et culturel du projet avec un objectif : accueillir 300 000 visiteurs par an.

Au bord de la mer, dans un bâtiment résolument audacieux, le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée a hérité de l’intégralité des collections parisiennes du musée des Arts et Traditions populaires, fermé en 2005. S’y ajoutent une partie des objets provenant du musée de l’Homme ainsi que 20 000 autres acquisitions. Au total, 44 000 mètres² de salles d’exposition, réparties sur trois sites, permettent de contempler l’extraordinaire foisonnement culturel, social et politique du monde méditerranéen, de la Préhistoire à nos jours.

Le cœur du MuCEM, le J4, est un bâtiment représentant un carré parfait réalisé par l’architecte Rudy Riciotti associé à Roland Carta. L’emblématique édifice est relié par une passerelle au fort Saint-Jean, monument historique du XIIème siècle superbement réhabilité. Le visiteur peut passer par le port ou franchir la passerelle, d’une longueur de 135 mètres au-dessus de la mer, avant d’emprunter un autre pont jusqu’au toit du musée. L’expérience est à la fois intellectuelle et physique. « C’est bien l’un des projets les plus originaux de la décennie, installé dans l’enceinte du fort Saint-Jean, et qui offre un attrait touristique de tout premier ordre. Il représente un atout indéniable pour le rayonnement national et mondial de notre ville et de toute la Provence », s’enthousiasme Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille.

JPEG

Au MuCEM, véritable agora contemporaine au cœur de la cité phocéenne, les publics français et étrangers se rencontrent à la faveur d’une programmation dynamique. « Ouvert à la lumière et sur la mer, ouvert à l’ensemble des expressions artistiques et culturelles du bassin méditerranéen, le MuCEM est beaucoup plus qu’un musée. Il est un trait d’union entre la façade maritime de Marseille, la Provence rhodanienne et les civilisations de l’autre rive de la Méditerranée », selon un responsable politique régional. « C’est un peu toutes les âmes de la Méditerranée qu’on a voulu bâtir ici. Avec l’idée de la liberté pour y déambuler, ne rien imposer », poursuit l’architecte Rudy Riciotti, à qui l’on doit également le nouveau département des arts de l’Islam, au musée du Louvre.

A l’intérieur la profondeur des vues est immense. Entre le contenu des salles et l’architecture, tout communique. « Le MuCEM est un musée de civilisations, de diversité des perceptions et des regards historiques, anthropologiques et artistiques », commente Bruno Suzzarelli. Une vocation pluridisciplinaire qui s’exprime au travers des expositions présentées, comme Noir et bleu, un rêve méditerranéen. S’ajoute un programme culturel très dense : cinéma, rencontres, débats, concerts…

C’est en tant que carrefour des mondes méditerranéens et européens que le MuCEM inscrit son action internationale. Il entend ainsi mener des coopérations fortes, fondées sur la réciprocité, avec des musées et des institutions en Méditerranée et en Europe, notamment à Istanbul, au Maroc, à Alexandrie, à Bruxelles ou à Berlin. Le MuCEM est également un lieu d’échange des savoirs et des savoir-faire grâce à la rencontre de professionnels autour de problématiques communes. Cette dimension est prolongée par une démarche originale en direction des artistes venus d’Athènes, Madrid ou Rome.

Annik Bianchini

Site Internet :

www.mucem.org : Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

www.mp2013.fr : Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la culture

Dernière modification : 12/08/2013

Haut de page