Marseille, "capitale européenne de la Culture 2013" : N° 48, décembre 2012

JPEG

Marseille sera « capitale européenne de la Culture 2013 ». Tout au long de l’année, la cité phocéenne va déployer, autour de trois épisodes majeurs, un programme d’événements culturels hors normes, d’expositions, de spectacles, de festivals, etc. Plus de 12 millions de visiteurs sont attendus du monde entier. Le défi économique est au cœur du projet. Cet immense événement culturel, placé sous le signe de l’innovation, de l’inédit et de la surprise, va servir de puissant accélérateur au développement économique et culturel de la ville, tout en lui apportant un rayonnement et une attractivité sur le plan international.

Les grands rendez-vous internationaux sont de puissants leviers de croissance. En devenant, en 2004, capitale européenne de la Culture, Lille a profondément modifié l’image de toute la région. L’événement s’est révélé un facteur de cohésion sociale et le détonateur de multiples initiatives. La fréquentation touristique a augmenté de 10 % et le nombre de créations d’emplois, dans le secteur du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration a cru de 7 %.

En 2013, c’est Marseille qui relèvera ce défi, aux côtés de la ville slovaque de Kosice. Depuis sa création en 1985, à l’initiative de l’Union européenne, le titre de « Capitale européenne de la Culture », très convoité, contribue au rapprochement des peuples européens, tout en assurant des retombées économiques et en améliorant les infrastructures. « L’événement constitue une opportunité exceptionnelle, pour la ville qui l’organise, de redynamiser sa vie culturelle, mais aussi de montrer au monde sa mutation, de renforcer sa visibilité au niveau international, d’améliorer son image et de stimuler son activité touristique », se réjouit M. Jacques Pfsiter, président de Marseille-Provence 2013, l’organisme en charge de l’évènement.

Fondée vers 600 av. J.-C. par des marins grecs originaires de Phocée, en Asie Mineure, sous le nom de Massalia, Marseille a gagné sa place dans l’histoire du négoce et des échanges en Méditerranée. A ce titre, et mieux que toute autre, elle symbolise la volonté politique commune des pays membres de l’Union pour la Méditerranée de relancer les efforts afin de transformer cet espace en une zone de paix, de de´mocratie, de coope´ration et de prospe´rite´.

La programmation de Marseille-Provence, qui associe une centaine de communes (Aix-en-Provence, Arles, Salon de Provence, La Ciotat, etc.) autour de ce formidable projet, se déroulera comme une histoire en trois épisodes : « Marseille-Provence accueille le monde », « Marseille-Provence à ciel ouvert », « Marseille-Provence aux mille visages ». Près de 500 événements culturels sont prévus, du 12 janvier au 31 décembre.

Pour les organisateurs de l’événement, les perspectives de succès sont amplifiées par une position géographique exceptionnelle. Placée au carrefour de l’Europe du Nord et du Sud, la région bénéficie d’une situation privilégiée au bord de la mer Méditerranée. « Le positionnement euro-méditerranéen de notre territoire, ouvert sur l’Europe comme sur la Méditerranée - et donc sur le monde - est au cœur de notre projet. « Marseille-Provence accueille le monde » est d’ailleurs l’un des grands thèmes de notre programmation », fait valoir M. Jacques Pfsiter.

Riche de sa diversité, de son histoire et de son patrimoine, la région est déjà une destination majeure en Europe. La cité phocéenne est d’ailleurs parfaitement desservie par un aéroport international, trois lignes ferroviaires à grande vitesse, le port de Marseille et un réseau autoroutier reliant les plus grandes villes d’Europe. Les touristes affluent du monde entier. « Marseille sera en 2013 sous les feux de la rampe et le théâtre de toutes les cultures. Nous allons montrer au niveau européen ce que nous constatons depuis dix ans dans notre ville : la culture est en soi une force de développement et une filière économique à part entière » déclare M. Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille. « Nous estimons à environ un million et demi le nombre de touristes supplémentaires que l’année « Capitale Européenne de la Culture » pourrait attirer sur notre territoire, en plus des 10 millions qui foulent le territoire chaque année », souligne le président de Marseille-Provence.

Les retombées économiques sont considérables. Les premiers bénéficiaires seront les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des transports, mais c’est aussi un formidable moteur de développement de l’activité et de l’emploi pour les entreprises du secteur de la construction. Soixante chantiers de réhabilitation ont été dessinés par les plus grands architectes internationaux. « D’ores et déjà, plus de six cent soixante millions d’euros sont prévus dans la réhabilitation ou la construction de grands équipements culturels sur notre territoire comme le MUCEM (Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée) à Marseille, l’extension du musée Granet à Aix-en-Provence ou encore le projet du Parc des Ateliers de Frank Gehry à Arles ». Selon les organisateurs, pour 1 euro investi, 6 euros de retombées économiques sont attendues, soit près de 600 millions d’euros

Annik Bianchini

Sites Internet : http://www.mp2013.fr

Twitter :@MP2013

Facebook :http://www.facebook.com/marseille-provence2013

Dernière modification : 28/12/2012

Haut de page