60 ans plus tard, le retour d’un vétéran français…

Accompagné de son épouse Lucette, Albert Geeraerts est revenu en Corée du 29 septembre au 3 octobre, pour la première fois depuis plus de 60 ans, à l’invitation de l’association coréenne des blessés de guerre. M. Geeraerts a en effet fait partie des premiers volontaires du bataillon français mis à la disposition des forces combattant sous mandat de l’ONU pendant la guerre de Corée.

JPEG - 72.3 ko
M. Albert Geeraerts, ancien combattant français de Corée

Albert Geeraerts a notamment participé à la bataille décisive de Chipyong-ni où les soldats du bataillon français et leurs camarades américains et sud-coréens du 23ème régiment d’infanterie de l’US ARMY ont repoussé pendant trois jours les assauts répétés d’au moins 3 divisions ennemies. Cette bataille a revêtu une importance majeure car elle a été la première victoire remportée par les forces alliées face aux troupes chinoises. L’Attaché de défense de l’ambassade, le Col Jean-Christophe Langella, a tenu à ramener les époux Geeraerts sur les lieux de cet affrontement.

JPEG - 111.9 ko
Monsieur Geeraerts explique la bataille de Chipyong-ni.

Sur place, Monsieur Geeraerts est redevenu le jeune sergent enthousiaste remontant les lignes en sens inverse du mouvement général pour rallier son unité qu’il savait engagée dans une action importante. Le terrain, aujourd’hui sagement planté d’arbres décoratifs, est redevenu la position défensive qu’il avait occupée, avec ce petit fossé en contrebas qui s’était rempli d’une douzaine de soldats ennemis désemparés et simulant la mort. Ces hommes s’étaient rendus à lui alors qu’il effectuait avec un camarade une mission de reconnaissance dans le no man’s land théâtre des combats de la journée. Il s’est rappelé aussi cette attaque surprise par des soldats portant de faux uniformes américains et comment, dans la nuit, chaque section française avait fourni 2 à 3 hommes pour contre-attaquer et déloger les assaillants.

M. Geeraerts se souvient du courage des Coréens. C’est ce qui l’avait marqué dès son arrivée en Corée, pendant sa remontée de Busan vers la ligne de front. Il avait compris qu’il venait « se battre pour quelque chose de grand ». M. Geeraerts se dit heureux aujourd’hui de constater que son engagement fût utile. La Corée moderne qu’il a redécouverte est encore plus belle qu’il ne l’avait imaginée.

Dernière modification : 14/10/2014

Haut de page